Archives par mot-clé : zend

“Philologie et sciences sociales, deux études de cas : la “Renaissance indo-européenne” et le “Miracle grec” (I).

Dans le cadre du séminaire d’épistémologie pratique du laboratoire Logiques de l’agir (http://www.philolab-besancon.org/), une séance spéciale liée au colloque Identités (9th Euro Academic Networking for Humanities Project, – Tsukuba, Ljubljana, Besançon) aura lieu à l’université de Besançon mercredi 21 septembre 2016. Arnaud Macé et Aurélien Aramini proposeront d’étudier la relation problématique entre l’identité et les travaux philologiques à partir de deux études de cas : le “Miracle grec” et la “Renaissance indo-européenne”. 

Voici le résumé de l’intervention d’Aurélien Aramini :

La “Renaissance indo-européenne” et l’identité de l’esprit humain : le cas Eugène Burnouf (A. Aramini)

À l’aube du XIXe siècle, l’ouverture d’un nouvel espace de comparatisme dans le sillage des travaux des philologues sanscritistes a contribué, par le biais de glissements conceptuels et d’hypothèses téméraires, à la constitution, pour le pire, d’une nouvelle identité, celle de la famille indo-européenne ou aryenne fragmentant ainsi l’identité humaine en « races », dotées d’un « esprit » particulier, dont l’appartenance à une même humanité fait alors problème.

Cependant, l’ouverture d’un nouvel espace de comparatisme – indo-européen – devait-elle nécessairement conduire, dans l’esprit de ceux qui explorèrent cet espace, à la construction d’une nouvelle identité collective, celle d’un monde indo-européen dépositaire d’un héritage « indo-européen » excluant ipso facto d’autres mondes de sens et d’autres héritages ?

S’il est indéniable que le comparatisme a été immédiatement inséré dans la perspective d’une renaissance non seulement orientale mais plus spécifiquement indo-européenne, il faut aussi souligner, à partir de l’étude des travaux de certains comparatistes des deux premiers tiers du XIXe siècle et de leur réception dans les milieux savants, l’existence, certes marginale, d’autres perspectives que celle de l’affirmation d’une identité indo-européenne exclusive au sein d’une vision ethnodifférentaliste et hiérarchisée de l’humanité.

L’examen de certains travaux du philologue Eugène Burnouf (1801-1852) – et tout particulièrement du discours « De la langue et de la littérature sanscrite » (1833) et des comptes rendus de la Grammaire comparée de Bopp publiés dans le Journal des savants (1833)révèle que la référence à l’antiquité « indo-européenne » a pu s’inscrire dans une perspective universaliste et servir la conception « révolutionnaire » d’une humanité prométhéenne créant, par elle-même, ses langues et ses dieux. Parce qu’il mobilise une conception de l’esprit humain et de la philologie dont Michelet, en tant que traducteur de Vico, s’est fait le promoteur sous la Restauration, Eugène Burnouf considère que les textes sanscrits et « zends » offrent une voie d’accès privilégiée à des langues et à des contenus de croyances éclairant l’histoire primitive de l’esprit humain. Loin de conduire à fragmenter l’identité humaine en identités particulières et potentiellement rivales, la philologie indo-européenne fournit donc, dans la perspective ouverte par Eugène Burnouf, le matériau d’une enquête philosophique sur l’esprit humain et sur une humanité qui se cherche indifféremment à travers différentes langues, sans qu’il y ait pour autant affirmation d’une identité indo-européenne spécifique.