Présentation générale

Nourri par un réseau de chercheur.e.s appartenant à différents laboratoires, le Carnet de recherches Philologie et sciences sociales (PSS) rassemble les informations sur les activités, les questions, les outils et les ressources bibliographiques que souhaitent partager les chercheur.e.s explorant l’interface entre les disciplines philologiques, d’une part, l’anthropologie et les sciences sociales, d’autre part. Cette interface peut être explorée aussi bien d’un point de vue historique que d’un point de vue épistémologique, et le plus souvent suivant ces deux points de vue.

Dimension historique. La philologie et l’ensemble des disciplines philologiques qui ont permis un accès critique aux textes anciens, en langue grecque, latine, hébraïque, arabe, indienne, persane, chinoise, etc., ont pu, depuis la Renaissance, éveiller le désir de connaître les hommes et les sociétés dont ces textes émanaient. Dans quelle mesure le développement des sciences historiques, anthropologiques et sociales, à partir du XVIIIe siècle, a-t-il été nourri par l’apport de la philologie ? Dans quelle mesure la philologie a-t-elle porté un tel intérêt en instaurant un nouveau rapport aux textes religieux ? Ce développement a-t-il eu depuis des effets en retour sur les disciplines philologiques, se traduisant par l’adoption, chez les philologues, de questions, d’objets, d’outils et de méthodes en provenance de l’anthropologie et des sciences sociales ?

Dimension épistémologique. Pour que la philologie ouvre un accès aux faits sociaux et humains, il faut donner un statut au langage et à son empreinte textuelle parmi les realia. De quels faits les textes et les mots qui y sont consignés sont-ils l’empreinte ? Il s’agit d’une part de savoir comment le langage est objectivé, comment il en vient à faire partie des faits qui permettent de connaître l’homme comme être social, et d’autre part de se demander en retour quelles méthodes philologiques sont en mesure d’assurer la collecte des données linguistiques susceptibles d’ouvrir à une connaissance des faits sociaux.

A la croisée de ces chemins on se demandera par exemple, à travers la diversité des objets, des discours, des époques, si la dimension philologique induite dans le fait de connaître une culture à partir de ces traces textuelles affecte la façon dont l’anthropologie se rapporte à son objet ; si cette dimension affecte la façon dont les sciences sociales se représentent le social lui-même et y accèdent. En retour, on pourra se demander si les questions et les concepts de l’anthropologie et des sciences sociales ont pu affecter les pratiques philologiques d’établissement et d’usage des textes.

 

Le texte comme terrain