Lire Homère en sociologue (2). Homère sociologue du monde d’Achille

Christophe Pébarthe. Homère sociologue du monde d’Achille.

Ceci est un compte-rendu de l’intervention de Christophe Pébarthe au sein de l’Atelier Clisthène 2017.

Finley, chapitre 3 : Homère est anthropologue. Homère décrit le don et le contre-don : un prédécesseur de Mauss. On cite toujours un passage du chant 6 de l’Iliade, Diomède et Glaucos – se reconnaître dans son statut social, comme des pairs, qui pourraient être des hôtes – sociologie (voir aussi Thersite se fait taper dessus en disant les mêmes choses qu’Achille, mais pas même statut) – , échangent des armes, don contre-don – anthropologie. Mais Zeus trouble l’échange. Diomède accepte un don de moins valeur, 100 boeufs contre 9 boeufs. L’historien trouve une parité entre l’argent et le bronze et ensuite essaye de retrouver la période où un tel cours pouvait exister. Donc Homère est aussi économiste ? J. Zurbach commentant l’essai sur le don fait apparaître les éléments qui ne relèvent pas du don. Il cite le passage du chant 6 pour faire apparaître la dimension du calcul qui perturbe la logique du don et du contre-don.

Comment lire ? il y a les lectures humanistes – prendre le texte pour y trouver des modèles éthiques offrant des réponses universelles ; il y a le renversement paradoxal : la lecture anthropologique de l’altérité – les Grecs posent des questions qui sont les leurs et y répondent avec les réponses qui sont les leurs. Renvoyer dos à dos humanisme et anthropologie historique. Dans les deux cas il y a des valeurs qui définissent tout un monde, tout une époque.

Finley est du côté de l’anthropologie historique. Finley dit qu’Homère est un conteur de mythes, c’est-à-dire de récits, auxquels l’auditoire doit croire. Les auditeurs ne se poserait pas la question. Finley connaît les critiques anciennes contre Homère mais note qu’elles ne portaient pas sur la réalité de la référence (il n’y a pas d’armes en bronze à l’époque, ce n’est pas comme cela qu’on se bat, etc.). Cela permet de penser le rapport entre le poème et la réalité sociale sous la forme d’une idéalisation. Beaucoup de faits sont historiques, mais les vertus – le monde des héros, l’honneur et la vertu – sont idéalisées.

Nous allons mettre ce type de lecture à l’épreuve d’une lecture du chant 23 de l’Iliade, et plus particulièrement de la course de char (252-600). Finley y lit une représentation des rites funéraires, ce pourrait être celles de n’importe quel homme.  Christophe Pébarthe veut montrer que l’épisode est plus singulier que cela et s’appuie sur Philippe Rousseau.

La lecture anthropologique reconduite toute la société grecque à la fameuse culture agonistique. Burckhardt qui a introduit l’idée n’en faisait pas un schème constat – plutôt un modèle qui décline avec la démocratie.

Mais si on lit le texte, on voit qu’il y a une contestation permanente du résultat. Lire à partir de 273. Le classement préexiste, tout le monde ne peut pas se présenter, et la course est censée objectiver la hiérarchie établie. On connaît déjà le résultat. Cela commence par Achille : si c’était un autre que Patrocle, Achille prendrait part et gagnerait, dit-il. Parce que ses chevaux sont éternels. Il faut être crédible pour se mettre en avant. Le premier qui se lève est Eumèle, qui « excelle dans l’art de mener les chevaux ». Le second, Diomède, parce qu’il a les chevaux d’Enée. En troisième Ménélas, avec ses chevaux rapides. Antiloque, finalement, fils de Nestor, se lève. Mais on nous dit ni qu’il a de bons chevaux, ni qu’il est meilleur à manier les chevaux. Mérion est dans les choux.

Ce qui est prévu va néanmoins dysfonctionner. Eumèle et Diomède les deux qui se sont présentés d’abord semblent très proche. Les dieux interviennent. Apolon et Athéna s’affrontent. Diomède l’emporte. Duel ensuite entre Antiloque et Ménélas, Antiloque passe devant. Tout le monde finit par arriver. Diomède a son premier prix. Antiloque doit avoir le deuxième pris. Mais Eumèle devrait l’avoir dit Achille. Antiloque dit à Achille : tu ne peux me prendre mon prix, si tu veux donner un prix plus grand à Eumèle, va chercher un autre prix dans ta tente. Ménélas conteste le prix d’Antiloque. Le monde social est par nature problématique, l’objectivation des hiérarchie préétablie souffre de multiples remises en question. Homère est donc sociologue. Il décrit un monde qui peine à se stabiliser, en manque d’institution légitimant les discours de vérité. La seule façon d’en finir avec les incertitudes de la vie, c’est la mort.

Débat.

Benjamin Goldlust. La définition de Sahlins du social s’appuie sur le monde grec archaïque.

CP. Problème du rapport entre histoire et sciences sociales. La sociologie prétend décrire scientifique notre propre monde. L’historien doit se servir de la réflexivité de la sociologie sur notre propre monde. Contester avec Marc Bloch la prétendue auto-intelligibilité du présent, puisque toutes nos questions posées aux questions anciennes viennent implicitement de notre compréhension du présent.

Pierre Judet de la Combe. Qu’est-ce qui se substitue aux institutions manquantes ? Ce n’est pas la mort. Pas de culte, sauf Sarpédon. C’est l’action qui compte.

CP. Il n’y a plus que la mort comme juge de paix. Le 5e prix n’est pas distribué, il est donné à celui qui ne peut plus concourir : Nestor, qui, plus jeune, aurait gagné.

Arnaud Macé. Au fond, Pierre Judet de la Combe et Christophe Pébarthe, vous êtes d’accord sur une chose : Homère est un sociologue critique, dont l’oeuvre consiste à expliciter les conditions de l’existence sociale à travers leur remise en cause, soit par la mise en scène de la crise qui défait une communauté, soit par la mise en scène du débat où les institutions censées objectiver les hiérarchies préexistantes révèlent leur manque de stabilité. Vous êtes d’accord ?

PJC : la différence c’est que chez Christophe la société est l’interprétant, la somme des points de vue, mais ce n’est pas le poème. La singularité individuelle disparaît.

CP : on peut faire entre le poème dans l’espace des points de vue. Il est ce qui restitue les interprétations divergentes du monde social.

PJC : Homère prendre position dans le champ propre de la poésie et y déploie un point de vue particulier.

CP : ce n’est pas un point de vue surplombant mais cela ne l’empêche pas d’objectiver son point de vue.

PJC : l’organisation sociale des vérités n’est pas établie.

CP : il pose le monde social comme espace de vérité.


Une réflexion sur « Lire Homère en sociologue (2). Homère sociologue du monde d’Achille »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.