Voyelles grecques, alternance phonétique, écriture alphabétique et direction du ductus

Dans ce billet, je vais répondre à la dernière question posée à la fin de l’intervention précédente : pourquoi les Grecs, après une certaine incertitude initiale, ont-ils changé le sens de l’écriture par rapport à leur modèle sémitique, en écrivant de gauche à droite ?

L’une des hypothèses avancées[1] est que cette inversion  serait principalement due à la même raison que celle qui les a poussés à dessiner la syllabe entière ce besoin incontournable des Grecs de tracer les voyelles, en raison du rôle joué dans leur langue par l’« alternance vocalique »[2]. Le grec ancien, en effet, en tant que langue de la famille indo-européenne[3], est un idiome dans lequel, dans une plus large mesure que dans le cas des langues sémitiques[4], l’alternance des voyelles ( alternance de timbre[5] et alternance de quantité[6] – c’est-à-dire de voyelles longues et courtes ) est fondamentale pour la prosodie et pour exprimer les discriminations de sens. De plus, parmi les langues indo-européennes, le grec ancien partage avec le sanskrit le fait que les deux types d’alternances sont totalement intégrés dans la langue (ceci sont observables dans le cas de la dérivation, ainsi que dans la déclinaison et dans la la conjugaison, s’agissant de caractéristiques structurelles[7]) tandis que d’autres idiomes plus récents ne les transposent que partiellement[8].

De là aurait découlé la nécessité, dans le cas de la forme écrite, de tracer les voyelles : pour des raisons prosodiques et poétiques, ainsi que sémantiques, liées probablement à la finalité première du recours à l’écriture grecque, qui, contrairement à la croyance diffusée, n’était pas à l’origine celle de comptabiliser et d’enregistrer des biens[9], mais de composer des chants votifs. Kevin Robb écrit à ce propos : « Si les Grecs avaient emprunté des lettres aux Phéniciens afin d’écrire une prose simple pour un livre de comptes, ils auraient sans doute adopté l’écriture « telle quelle » sur la base du principe d’économie, selon lequel les systèmes d’écriture sont adoptés en bloc, et un développement de leur structure intervient plus tard en réponse à des besoins croissants »[10]. D’où l’idée, que je partage, que l’écriture était avant tout destinée à des pratiques votives dans un mètre épique, pour lequel l’alternance de voyelles courtes et longues est essentielle, comme le montre le schéma de l’hexamètre[11].

Mais l’alternance phonétique grecque suffit-elle à expliquer la nécessité de tracer des voyelles ? Il est raisonnable de supposer que d’autres causes y sont associées. Roger D. Woodard[12] a soutenu, par exemple, que l’émergence de la syllabe avec ses éléments constitutifs séparés (consonnes et voyelles) n’était pas uniquement due à l’alternance (il pense avant tout à l’alternance « quantitative » ) de l’idiome hellénique. Ainsi, l’alphabet des voyelles n’aurait pas été créé pour faire une telle distinction prosodique ; d’ailleurs, les premiers alphabets archaïques n’avaient même pas de signes différents pour les voyelles de longueurs différentes (en plus d’avoir également des signes uniques pour les différents phonèmes consonantiques ). Il faudrait supposer, selon lui, qu’un facteur décisif dans ce changement était le désir des « inventeurs » de l’alphabet grec d’éviter les ambiguïtés, numériquement significatives, que l’écriture uniquement consonantique aurait produites dans le cas du grec. Il y avait certainement autant d’ambiguïtés en phénicien (la racine sémitique ḥbl pouvait signifier, par exemple, « corde », comme « douleur », « gage » ou « marin »). Mais, précise Woodard, les mots grecs ont en moyenne un nombre plus élevé de consonnes que les mots phéniciens et l’effort psychique nécessaire pour intégrer les bonnes voyelles est donc plus important. S’agirait-il donc d’une question d’économie cognitive ? Dans ce cas Woodard, tout en acceptant d’attribuer un rôle à la morphologie de la langue, n’est pas non plus convaincu et souligne la nécessité d’intégrer au raisonnement l’évaluation du rôle du Linéaire B, préparatoire, dans ce sens, au traçage vocalique alphabétique mature. Mais quel peut être le rapport entre le traçage des voyelles (ou, pour mieux dire, l’isolement de la consonne pure[13] ) et la sens de l’écriture ? On pourrait répondre que le choix dépend toujours du principe d’économie psychique, c’est-à-dire de la recherche, parce lui qui écrit, des moyens d’économiser son énergie. Toutefois, dirons-nous, la relation entre le traçage des composantes distinctes de la syllabe (et donc des voyelles), la direction du ductus et la préservation de l’énergie psychique ne semble pas immédiatement visible. Pourtant, en regardant de plus près, cette relation devient évidente dans le cas du corrélat naturel de l’écriture, c’est-à-dire la lecture (que l’écriture implique dans son propre exercice même, avant donc de constituer une dimension cognitive autonome ). Nous verrons pourquoi dans le prochain billet.

[1] D. de Kerckhove, Brainframes. Mente, tecnologia, mercato, Bologna, Baskerville, 1998, pp. 36-39. L’hypothèse part de la considération que toutes les écritures de gauche à droite (sauf l’étrusque) impliquent un traçage syllabique. Quant à l’exception de l’écriture étrusque (j’ai essayé dans le passé d’en rendre compte, dans la mesure du possible, en ramenant la cause au caractère fortement agglutiné de la langue (même s’il existe probablement aussi un système de flexion) : comme pour signifier que dans cet idiome l’ensemble (les différents mots avec leurs préfixes, infixes ou suffixes, par exemple ) importait peut-être plus que la succession des éléments composant les syllabes (cf. F. Stella, Tecnologie della scrittura e strutture cognitive. La prima rivoluzione tecnolinguistica, thèse de doctorat, Roma, 2007, pp. 96-101 et 132-33). Je rappelle que la classification  de la langue étrusque au sein de la famille indo-européenne est très controversé. Je pense qu’il est sage d’adopter encore aujourd’hui la définition de « langue péri-indo-européenne » proposée par Giacomo Devoto, car elle présente des caractères hybrides (indo-européens et non) – cf. Pelasgo e peri-indeuropeo (1943) in Studi etruschi 17 Firenze, Olschki, 1971, pp. 359-67 ). L’écriture étrusque utilisée pour exprimer cette langue a probablement été modelée vers le VIIIème siècle av. J.-C. sur l’alphabet euboïque de Chalcis utilisé à Pithécusses (Ischia).

[2] Il s’agit de l‘« alternance phonétique », également appelée « alternance vocalique » ou « apophonie », qui consiste en une alternance de voyelles à l’intérieur d’une racine : dans un élément donné (suffixe, voyelle thématique, désinence, radical nominal, radical verbal), une voyelle change selon la fonction de cet élément. Ce phénomène, tout en participant à un changement de portée sémantique ou morphologique, ne modifie pas le sens fondamental de l’élément donné.

[3] Le prétendu « indo-européen» n’est pas une langue effectivement parlée à une certaine époque ou dans un certain lieu, mais le résultat d’une reconstruction linguistique effectuée par la méthode comparative à partir de langues connues, visant à retrouver leurs bases communes. Afin d’approcher les postulats théoriques et les outils d’une telle comparaison, on peut lire les pages 107-15 de Robert. S.P. Beekes, Comparative Indo-European Linguistics. An Introduction, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 20112.

[4] Malgré l’absence de traçage vocalique dans l’écriture, l’« alternance vocalique » n’est pas tout à fait absente des langues sémitiques. Pour ces langues aussi, les racines doivent être considérées comme les éléments primaires. Ces racines se composent normalement d’un groupe de trois consonnes (triconsonantisme – mais il y a aussi des groups à deux consonnes, et ce type semble avoir été encore plus répandu à l’époque préhistorique ; ceux à quatre consonnes sont plus récents ). La racine est, tout comme en grec, liée au sens fondamental du mot, qui est ensuite précisé de diverses manières principalement au moyen de préfixes, d’infixes et de suffixes, mais aussi, en mesure mineure, par l’alternance des voyelles. Le group ktb avec le sens fondamental de ” écrire ” peut être en hébreu, par exemple, déterminé sous de nombreuses formes : kātab = il a écrit ; kōtēb = écrivain ; kātūb = écrit ; miktāb = lettre ; kittēb = il a prescrit etc. ( cf. Louis H Gray, Introduction to Semitic comparative linguistics, Amsterdam, Philo Press, 1971 (1934), pp. 36-40 ). Ceci, cependant, contrastant avec la rigidité de la structure consonantique de la racine, n’a pas une extension et une valeur systémique comparables à celles du grec et des autres langues indo-européennes.

[5] L’alternance de timbre en grec a la forme e/o/zero : « Ainsi dans le verbe qui signifie « laisser », le présent présente la voyelle de la diphtongue avec le timbre e : λείπ-ω ; le parfait avec le timbre o : λέλοιπ-α ; l’aoriste l’absence de voyelle (vocalisme zéro) : ἔλιπ-ον » ( P. Chantraine, Morphologie historique du grec, Klincksieck, Paris, 1984, p. 3 ). En ce qui concerne le nom, ce type d’alternance e/o peut être exemplifié par la troisième déclinaison, comme c’est le cas pour le terme τὸ γένος ( τοῦ γένους, τῷ γένει… ).

[6] L’alternance de type quantitatif « consiste essentiellement dans une alternance entre longue et brève, sans, en général, de variation de timbre e/o. En indoeuropéen, « la voyelle brève alternant avec une longue (cette brève étant souvent appelée schwa) a été progressivement définie et on l’a symbolisée par le signe ə » ( P. Chantraine, op. cit :, p. 4 ). « Cette alternance est illustrée en grec », où le schwa résulte en α, « par la flexion du type grec commune ἵσταμι, ἵστᾰμεν ; τίθημι,  τίθεμεν ; δίδωμι, δίδομεν » (ibidem). En ce qui concerne le nom, ce type d’alternance ĕ/ē peut être exemplifié encore une fois par la troisième déclinaison, comme c’est le cas pour le nom ὁ Σωκράτης ( τοῦ Σωκράτους, τῷ Σωκράτει… ).

[7] C’est pourquoi, à propos des alternances aussi, la comparaison entre le grec et le sanskrit (moins souvent le latin ou le gothique, par exemple) est utilisée avec une plus grande fréquence dans les études de linguistique indo-européenne (cf. James Clackson, Indo-European Linguistics. An Introduction, Cambridge University Press, 2007, p. 72) ; dans le cas spécifique du grec ancien « These alternations […] are even more richly represented » ( Oswald J. L. Szemerényi, Introduction to Indo-European Linguistics, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 83 ).

[8] Par exemple, dans les langues germaniques, l’alternance vocalique concerne presque exclusivement le verbe mais non pas dans tous les cas. Elle conduit en effet à la formation de six classes de verbes forts, c’est-à-dire de verbes qui représentent une série fermée et sont pour la plupart représentatifs des actions humaines les plus significatives.

[9] Il est certain que celui de support à la comptabilité des biens était déjà l’usage des tablettes mycéniennes du linéaire B, mais cela ne prouve pas qu’il s’agissait du seul ou du principal usage ; nous pouvons seulement dire que c’est celui qui a survécu grâce aux incendies des palais mycéniens et à la cuisson des supports qui en a résulté, alors que peut-être ignorons-nous complètement les autres usages confiés à des supports périssables.

[10] K. Robb, Le origini poetiche dell’alfabeto greco: ritmo e abecedario dalla Fenicia alla Grecia, in E. Havelock-J.P. Hershbell, (éd.), Arte e comunicazione nel mondo antico, Bari- Roma, Laterza 1981, pp. 53-71 , à la p. 49. Traduction mienne.

[11] L’hexamètre κατὰ στίχον, le mètre des poèmes homériques dont tout le monde connaît la prosodie ( —   | —   | —   | —   | —   | —  ), serait probablement la combinaison d’un côlon hémiepes ( —   | —   | — — ) plus un ἐνόπλιος ῥυϑμός ( —   | —   | —  ). Ces mètres appartiennent presque certainement à une tradition préhomérique et sont liés à des usages rituels ; ils ont également été utilisés à des époques ultérieures à des fins archaïsantes.

[12] Cf. R. D. Woodard, Greek Writing from Knossos to Homer. A Linguistic Interpretation of the Origin of the Greek Alphabet and the Continuity of Ancient Greek Literacy, Oxford 1997, p. 251.

[13] Dans le cas de l’écriture phénicienne, la consonne, bien qu’elle soit la seule à être dessinée, ne peut être considérée comme pure, c’est-à-dire séparable du lien implicite avec la voyelle. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, seule une écriture alphabétique comme la grecque, qui distingue la syllabe en ses constituants, établit entre eux une relation qui présuppose leur isolabilité absolue.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.