Archives de catégorie : Méthodes philologiques et fait social

La thèse de Sven Ködel sur l’enquête linguistique de Coquebert de Montbret (1806-1812)

A propos de Sven Ködel, “Die Enquete Coquebert de Montbret (1806-1812). Die Sprachen und Dialekte Frankreichs und die Wahrnehmung der französichen Sprachlandschaft während des Ersten Kaiserreichs”, 2014

Le livre de Sven Ködel, publié aux presses de l’université de Bamberg en 2014, est issu d’une thèse (voir aussi sur Hal) soutenue à Bamberg et à Paris-Diderot en 2013 qui, pour des raisons qui me dépassent complètement, n’a pas eu en France la réception qu’il mérite (il devrait selon moi faire l’objet d’une traduction immédiate, compte tenu de la profondeur de son érudition et de l’élégance de la démonstration historique). Alors voici quelques mots, qui ne résument aucunement l’ensemble des enjeux, afin d’alerter les lecteurs de ce carnet de recherche sur l’importance de ce travail. Ködel montre que la philologie, sous l’Empire, n’est pas seulement une connaissance érudite mais qu’elle est une science de gouvernement. C’est donc un complément essentiel aux travaux bien connus de Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel sur la fameuse enquête républicaine de l’abbé Grégoire. Le 18 brumaire est passé par là, et la République n’est plus. Il ne s’agit plus désormais de combattre les patois, dont personne n’envisage la survie sur le long terme, mais, en lien avec les mouvements antiquaires contemporains (comme l’Académie celtique) de mieux les connaître afin de mieux connaître la nation et son territoire. L’enquête linguistique initiée par Coquebert de Montbret pour l’empire en 1806 s’inscrit en effet dans une statistique impériale qui aborde aussi la production, le commerce, les moeurs et l’état des esprits, dont Marie-Noëlle Bourguet avait fait un premier état dans son livre classique sur la statistique départementale, intitulé “Déchiffrer la France”. Coquebert de Montbret, qui est alors directeur du bureau de la statistique, a pour mission d’étudier l’ensemble des dialectes de l’empire. Ce sont 106 départements qui, entre 1806 et 1812, sont passés au crible par une importante équipe que Coquebert mobilise, à Paris et dans chaque localité. Il s’agit de collecter des renseignement sur les différents idiomes, leurs variations locales, leur prononciation, mais aussi de mettre à l’écrit ces langues d’abord orales, afin de produire sur elles une connaissance savante. Parmi ces documents, on trouve des transcriptions de chansons patoises, des légendes populaires, mais aussi des traductions de textes témoins qu’il intègre dans sa statistique sous la forme de tableaux comparatifs. Concrètement ce sont des grandes feuilles avec deux colonnes, à gauche un texte classique dans sa version française (ou latine), à droite dans sa version dialectale. Pour les fabriquer, il a fallu faire intervenir de nombreux traducteurs locaux, qui font la médiation avec l’administration départementale. Ces documents sont ensuite l’occasion d’une correspondance préfectorale ou ministérielle avec divers savants, à commencer par les membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

A une époque où les frontières entre disciplines ne sont pas fixées, les documents de l’enquête de Coquebert de Montbret sont un lieu important de réflexion sur les liens entre philologie, anthropologie, “idéologie”, législation et statistique.

 

Julien Vincent (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC)

« Philologie et sciences sociales, deux études de cas : la “renaissance indo-européenne” et le “miracle grec” (II).

Voici le résumé de l’intervention d’Arnaud Macé au même séminaire, inséré au sein du colloque Identités 

Le « miracle grec » et le comparatisme : l’exemple du naturalisme

Le « miracle grec » est une formule que Renan a utilisée pour désigner l’incarnation soudaine d’une idéal, « sans nulle tache locale ou nationale », sans autre pareil que le « miracle juif », qui fit sortir l’évangile de la vallée du Jourdain. Être grec, comme être juif, aurait donc consisté en une non-identité, ou une identité absolue, une forme d’arrachement à toute précondition, à tout ancrage, à toute continuité empirique. Pourtant, chez le même Renan, on lit une façon de naturaliser le miracle, en l’ancrant dans les prédispositions naturalistes des peuples indo-européens. Cet ancrage dans une identité sociale, linguistique ou ethnique est ambivalent : chez un Fustel, la réinscription des Grecs dans l’horizon « indo-européen » sert à les éloigner de notre présent, à les inscrire dans une anthropologie particulière pour ne plus chercher notre image dans le miroir du miracle.

J’entreprendrai d’observer la façon dont, au gré des modifications de la méthode philologique, l’idée d’une spécificité grecque a pu nourrir de savantes dialectiques entre comparatisme et ethno-différentialisme, où l’inscription dans une identité « indo-européenne » joue souvent un rôle médiateur, pour à la fois expliquer ce que les Grecs ont vu que leur voisins méditerranéens n’auraient pas vu, tout en ouvrant un champ de comparatisme qui ne laisse pas le monde grec dans l’apesanteur d’un miracle.

On prendra le cas particulier du naturalisme grec : le fait que les Grecs aient produit la représentation d’un ensemble appelé « phusis » et voulu développer un programme « d’enquête sur la nature de toutes choses ». Or c’est ce « naturalisme » des Grecs qui servira à les mettre à part de leurs voisins méditerranéens : on opposera à la suite de Renan et Michelet le rôle du polythéisme forestier, prédisposé à l’observation de la nature, à la théologie sortie du désert. Pourtant le comparatisme brouille de nouveau les cartes : les motifs d’inspiration végétale, arboricole ou forestiers que les Grecs utilisent dans leur exploration du cosmos évoquent autant les arbres cosmiques indiens que ceux des babyloniens, des mésopotamiens ou des hébreux. Nous proposons de penser que le naturalisme des Grecs vient bien en partie de leur goût pour les arbres et les forêts, mais pas seulement ; qu’il repose sur une combinatoire singulière de pratiques sociales, qui sont quant à elles entièrement comparables à celles d’autres sociétés humaines. Le comparatisme absolu, ouvert par une philologie empirique, dissout les identités substantielles, mais n’exclut pas la singularité combinatoire.