Le Linéaire B, l’alphabet phénicien et l’alphabet grec

Suite à mes réflexions précédentes, je  propose  de considérer l’existence d’un premier croisement entre « alphabétisation » et « numérisation », qu’il faudrait situer chronologiquement en Grèce archaïque. Afin de retracer et d’illustrer cette intersection, il est toutefois nécessaire, à l’avance, de s’engager dans un parcours historique et conceptuel assez complexe. Je me propose de commencer par quelques considérations générales sur l’écriture grecque, pour ensuite m’intéresser aux théories élaborées par Derrick de Kerckhove et al. à propos de l’alphabet grec et de la latéralisation cérébrale, qui, même si elles ne concernent directement que les effets cognitifs de l’« alphabétisation », me semblent finir aussi par recouvrir, voire même par supposer, ceux de la «  numérisation ». Le sujet, difficile, souvent controversé, nécessite une certaine patience de la part du lecteur. C’est pourquoi je voudrais procéder en plusieurs étapes. À chaque étape sera consacré un billet. Les prochains billets sont donc à considérer comme préparatoires à l’analyse de la question principale, celle qui concerne le rapport entre « alphabétisation » et « numérisation ». À la fin, il sera possible, comme je le crois, de revenir à cette relation, sur la base de notions définies et partagées, ce que je juge indispensable. Le premier point que je vais considérer est celui relatif aux rapports entre l’écriture dite « Linéaire B », l’alphabet phénicien et l’alphabet grec.

Il est généralement admis que les Grecs ont adapté directement aux sons de leur propre langue les signes de l’alphabet phénicien, introduisant dans certains cas des signes complémentaires et écrivant les voyelles à l’aide de signes sémites, auparavant consonantiques. C’est l’opinion dominante, très efficacement reprise, par exemple, par Pierre Swiggers[1]. Néanmoins, les voix contraires à cette thèse dominante ne manquent pas. Parmi les plus originales, on peut citer celle de Joseph Naveh[2] qui, renvoyant l’alphabet grec[3] au proto-cananéen ( un dérivé du phénicien en usage dans la région de Byblos, pour les Grecs la Phénicie sans aucun doute ), estime que son invention doit être remontée aux alentours de 1050 av. J-C. Cela signifierait que les Grecs auraient adopté une écriture sémitique occidentale en passant ainsi sans interruption[4] de l’écriture syllabique connue sous le nom de « Linéaire B »[5] à ce nouveau système de signes ; ce phénomène aurait été contemporain des processus d’alphabétisation en cours chez les Hébreux et les Araméens. Cependant, quel que soient le primaire d’alphabet adopté par les Grecs et, par conséquent, la localisation dans le temps de cette adoption, il s’agissait d’une transposition ingénieuse. En outre, , cette adaptation n’était pas un phénomène isolé, puisque de nombreux alphabets différents découlent de l’alphabet phénicien, ni ne représentait une pratique nouvelle pour les Grecs eux-mêmes. En effet, les Mycéniens, créant le Linéaire B ( vers les XIVème-XIIIème siècles av. J-C. ), avaient déjà avant utilisé les hiéroglyphes crétois pour représenter graphiquement les sons de leur langue[6]. Mais l’utilisation de l’alphabet phénicien est maintenant accompagnée du changement, d’abord incertain, puis définitif, de la direction du geste chirographique qui passe du sens rétrograde ( de droite à gauche ) au sens progressif ( de gauche à droite ). L’adoption du sens progressif n’était pas non plus une nouveauté,  car le Linéaire B lui-même, en tant que système syllabique, était déjà dextrorse. En effet, il ne faut pas oublier que les Grecs, même dans l’hypothèse où ils auraient « oublié » l’écriture pendant une certaine période de temps, étaient déjà habitués à tracer les voyelles dans leur passé mycénien, bien que ces voyelles aient été comprise au sein de la « synthèse » (indistincte) du signe syllabique. Ce signe syllabique était cependant différent de la consonne phénicienne, qui doit être complétée par la prononciation d’une voyelle non tracée et déductible du contexte. Dans le Linéaire B, les graphèmes pour pa ou pe, par exemple, étaient différents, sans similitude ; en phénicien, il n’y avait qu’une seule consonne et pour les deux syllabes, les voyelles devaient être ajoutées par le lecteur. Néanmoins, même si les Grecs étaient déjà habitués d’une manière que nous pourrions définir « implicite » à tracer les voyelles, la décision de réaliser le traçage de la syllabe entière en ses composantes distinctes (consonnes et voyelles) semble avoir produit, en combinaison avec l’inversion du ductus par rapport aux langues sémitiques, d’énormes conséquences sur le plan cognitif. Mais, avant de les illustrer, il faut se demander : pourquoi les Grecs ont-ils changé la direction de leur écriture, initialement rétrograde à la manière de leur modèle cananéen ou phénicien ? J’en parlerai dans mon prochain billet.

[1] Transmission of the Phoenician Script to the West, in Peter T. Daniels,  William Bright (éd.), The World’s Writing Systems, New York-Oxford, Oxford University Press, 1996.

[2] The Origin of the Greek Alphabet, in D. de Kerckhove, C. J. Lumsden (éd.), The Alphabet and the Brain. The Lateralization of Writing, Springer,1988, pp. 84-91.

[3] Plutôt que de parler de l’« alphabet grec », il faudrait parler au pluriel des différents alphabets ou, mieux encore, des groupes d’alphabets qui se sont développés entre le VIIIème et le VIème siècle av. J-C.. À la fin du XIXème siècle, Adolph Kirchhoff ( Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets, Gütersloh, 1887) a établi la classification qui constitue encore aujourd’hui cela de référence : le groupe vert (crétois), le groupe bleu (attique, ionique et corinthien) et le groupe rouge (occidental), qui se distinguent par les lettres utilisées pour les groupes consonantiques qui transcrivent les sons x, ps et ks.

[4] La question de savoir si les Grecs ont ou non oublié l’écriture linéaire B pendant le « Moyen Âge hellénique », après l’effondrement de la civilisation mycénienne, est une autre question très controversée. Le linéaire B a probablement survécu parmi des groupes de scribes, probablement sur l’île de Chypre, mais comme ils constituaient une petite élite, il est très difficile d’établir l’étendue de leur influence ? en termes de legs à la postérité. La région de Chypre, où les deux civilisations se sont rencontrées, doit également être considérée comme un lieu possible où l’adaptation de l’alphabet phénicien aux sons des idiomes grecs a été effectuée, peut-être par les scribes eux-mêmes. De même, on ne peut ignorer la position « intermédiaire » de la langue arcadienne-chypriote (appelée ainsi parce que la langue qui sous-tend son orthographe est apparentée à celle en usage dans la région grecque de l’Arcadie) entre le linéaire B (avec lequel elle partage la nature syllabique et l’origine des hiéroglyphes crétois) et le grec (dont elle témoigne de certaines adaptations faites également à partir des consonnes phéniciennes) ; cf. Roger D. Woodard, Greek Writing from Knossos to Homer. A Linguistic Interpretation of the Origin of the Greek Alphabet and the Continuity of Ancient Greek Literacy, Oxford, 1997, pp. 147-48 et 155-56 ; Robert Lafont, Relationships Between Speech and Writing Systems in Ancient Alphabets and Syllabaries, in D. de Kerckhove, C. J. Lumsden, op. cit., pp. 92-105.

[5] Comme on le sait, le Linéaire B a été déchiffré par Michael Chadwick et John Ventris en 1952 ( Documents in Mycenaean Greek, Cambridge, 1956 ). Pour tout ce qui concerne le Linéaire B, je renvoie à l’ouvrage d’Yves Duhoux, Anna Morpurgo Davies (éd.), A Companion to Linear B : Mycenaean Greek Texts and Their World, Louvain, Peeters, vol. 1 (2008), vol. 2 (2011), vol. 3 (2014). En ce qui concerne la civilisation mycénienne au sens large, je voudrais signaler l’excellent ouvrage récent de Juan Piquero Rodriguez, La civilización micénica, Sintesis, 2020.

[6] En réalité, tous les signes hiéroglyphiques crétois ne sont pas utilisés pour indiquer les syllabes du grec mycénien : le Linéaire B comprend 200 signes, dont environ 90 sont des signes syllabiques à valeur phonétique, tandis que le reste sont des idéogrammes à valeur sémantique.