Archives par mot-clé : Deleuze

Dumézil chez Deleuze et Guattari (I)

Nous ouvrons avec ce billet une série consacrée à l’usage que Deleuze et Guattari font de Dumézil dans deux chapitres (on dit des “plateaux”) de Mille Plateaux (Paris, 1980), intitulés respectivement “Traité de nomadologie : la machine de guerre” (p. 434-527) et “Appareil de capture” (528-591). Ces deux chapitres déploient les deux versants d’une même tâche, scandée, more geometrico, par la numérotation continue des axiomes, propositions et problèmes : Deleuze et Guattari entreprennent ainsi d’explorer l’extériorité que la “machine de guerre” manifeste vis à vis de l’État et la manière dont celui-ci est placé devant le nécessité de la “capturer” s’il veut la soumettre à ses fins.

Or c’est sur le terrain de la tripartition fonctionnelle dumézilienne que Deleuze et Guattari trouvent les termes du problèmes qu’ils entendent poser.

La structure qu’ils assignent à l’État – ce qu’ils appellent une “strate” (voir MP p. 435) – épouse la polarité entre les versants magiques et juridiques de la fonction souveraine apparue dès 1940 dans Mitra-Varuna (et reprise telle quelle dans Mythe et Épopée I en 1968, notamment avec la grande citation de l’ouvrage de 1940 qui commence à la page 274). On constatera de ce point de vue que les deux plateaux s’ouvrent sur le rappel de cette polarité entre royauté magique et royauté juridique.

L’extériorité qu’ils veulent reconnaître au guerrier se nourrit à la lecture des analyses que Dumézil a consacrées aux “trois ‘péchés’ du guerrier dans la tradition indo-européenne” (MP 437). Deleuze et Guattari se réfèrent dans la note 6, p. 428, à Mythe et Épopée II et aux rapprochements entre les transgressions associées aux personnages d’Indra, de Starcatherus et d’Héraclès. Ce trio est celui que Dumézil avait analysé dans un cours de 1953 publié en 1956 (Aspects de la fonction guerrière) et de nouveau, avec peu de changements, en 1969 dans Heur et malheur du guerrier (p. 51-92). Comme Dumézil l’explique néanmoins dans Mythe et Épopée II (pp. 17-23), il était resté insatisfait de la comparaison réalisée entre ces trois personnages, jusqu’à ce qu’il trouve qu’il fallait substituer Krisna à Indra pour offrir au guerrier scandinave et au demi-dieu grec le bon “frère” indien (p. 22).

C’est encore chez Dumézil que Deleuze et Guattari trouvent l’un des principaux avertissements qui résonnera à travers les deux plateaux : ne surtout pas identifier la puissance de guerre avec l’un des deux pôles de la souveraineté politique. Comme ils le notent, Dumézil, dans Mitra-Varuna, a identifié les risques de confusion entre l’un des deux pôles de la souveraineté légitime (du type Romulus, le roi magicien qui capture par les liens, ou du type Numa, le roi prêtre et juriste qui établit les traités et les pactes) et la figure du “mauvais roi”, Tullius Hostilius, Tarquin le Superbe, ce dernier représentant précisément l’irruption, violente et transgressive, du guerrier (voir MP 438, avec la note 7). C’est ainsi Dumézil qui ouvre l’espace où s’engage l’exploration de l’extériorité que le guerrier serait en mesure d’opposer à l’État en sa strate bicéphale.

Il s’agira donc de relever ici les différents aspects de l’appropriation de Dumézil par Deleuze et Guattari, de mesurer les altérations qu’ils font subir aux termes de l’analyse trifonctionnelle, et, réciproquement, de discuter les effets que cette capture de l’œuvre Dumézilienne peut avoir au sein de la machine textuelle mise en marche par Deleuze et Guattari.